www.minisanterdc.cd

Taille police

SCREEN

Profil

Mise en page

Style du menu

Cpanel

La prévention, un moyen efficace pour prévenir la maladie à virus Ebola

Ebola, cette maladie très contagieuse, dangereuse et meurtrière continue toujours de faire parler d’elle.  Le comité national de lutte contre la maladie du ministère de la Santé publique  ne rate aucune occasion qui se présente à lui pour sensibiliser la population sur cette maladie qui a dejà fait à la date du 24 septembre de l’année en cours 42 décès.


En prévision de la journée mondiale de lavage des mains, le comité national de lutte contre la maladie a ciblé le personnel du programme national de la santé scolaire et universitaire pour leur  parler de cette maladie. Au cours d’une journée de sensibilisation organisée en partenariat avec C-Change hier dans sa salle des conférences, les agents et cadres dudit programme ont suivi deux exposés.

Le premier portant sur l’historique de la maladie  fait par le prof Vincent Lukunku, président de la commission communication du comité national de lutte contre la maladie et le second par le Dr Jules Bongongo sur les signes, voies de transmission et les moyens de prévention de la maladie à virus Ebola.

Ayant une période d’incubation de 2 à 21 jours, la maladie à virus Ebola se manifeste par plusieurs signes notamment par la montée brutale de la fièvre ; une fatigue intense ; des nausées,  des maux de tête ; l’anorexie ; des douleurs musculaires et articulaires, la diarrhée, les éruptions cutanées, le saignement des gencives, nez, bouche,  anus, yeux, voies urinaires, difficultés à avaler et à respirer, les hoquets.

Le virus Ebola se transmet lors de la manipulation de corps des malades décédés d’Ebola et à travers des personnes infectées ou les objets ayant servi au malade.  La transmission se fait aussi  de l’animal à l’homme. « Les singes, chimpanzés, gorilles, rats, chauves-souris, antilopes et porcs ainsi que des animaux trouvés morts jouent aussi un grand rôle dans la transmission à virus Ebola », fait remarquer le Dr Jules Bongongo.

Maladie meurtrière car 60 à 90 personnes qui l’ont contracté finissent par mourir, Ebola n’est pas une fatalité,’’ donc il ne faut pas paniquer’’, conseille le Dr Jules Bongongo. Pour lui, puisqu’il n’existe pas un traitement approprié contre cette maladie, il faut alors la prévenir. «  Cela est possible lorsque on respecte certaines  règles élémentaires de l’hygiène »,  indique –t-il. Il faut alors éviter tout contact avec le sang, la salive, les urines , les selles, les vomissures, la sueur d’un malade ; ne pas toucher un malade d’Ebola  si on n’est pas protégé par des gants, une blouse, un masque, des lunettes, un bonnet et des bottes de protection ; ne pas toucher ni manipuler le corps d’une personne décède d‘Ebola ; se laver les mains à l’eau propre et avec du savon ou de la cendre ; ne pas laver, habiller, caresser, maquiller le corps du défunt, comme c’est le cas dans certaines coutumes où l’on fait des rites sur les cadavres. Ce comportement est strictement interdit, car il peut  contribuer à la propagation de la maladie dans la communauté. Il est aussi interdit de garder le corps du défunt, il faut l’enterrer directement et laisser cette tâche au personnel qualifié.

Le Dr Jules Bongongo qui  demande à la population de ne pas paniquer la recommande par ailleurs de signaler tout cas de fièvre brutale au centre de prise de charge  car lorsque la maladie est détectée tôt, il ya plus de chances que le malade soit guéri. Pour relever ce pari dans la sensibilisation, les journalistes et les agents et cadres du programme national de la santé scolaire et universitaire ont un  rôle à jouer dans la sensibiliser pour aider la communauté à adopter un bon comportement pour prévenir cette maladie.

Blandine Lusimana T.