www.minisanterdc.cd

Taille police

SCREEN

Profil

Mise en page

Style du menu

Cpanel

DECLARATION DE LA FIN DE L’EPIDEMIE D’EBOLA EN RE PUBLIQUE  DEMOCRATIQUE DU CONGO

Chers compatriotes, La République Démocratique du Congo, notre pays vient de connaitre sa 7ème épidémie de la maladie à virus Ebola depuis 1976. Cette épidémie s’est déclarée dans le  secteur de Djera, territoire de Boende, District de la TSHUAPA dans la province de l’Equateur. Cette épidémie est survenue  dans un contexte particulier au moment où l’Afrique de l’ouest était déjà attaquée par une autre épidémie qui sévissait en Guinée, Sierra Léone et Liberia. La RDC était donc  face à deux défis majeurs :

 

  • Lutter contre l’épidémie qui venait de se  déclarer à Djera
  • Lutter contre l’importation d’un cas de  virus Ebola de l’Afrique de l’Ouest.

Déclarée le Dimanche 24 Aout 2014 en conformité avec le règlement sanitaire international, cette épidémie a  été maitrisée en 40 jours et nous avons poursuivi la  surveillance pendant 42 jours supplémentaires sans qu’aucun nouveau cas confirmé positif ne soit enregistré.
Cette épidémie set restée cantonnée dans le territoire de Boende à plus de 1000 km de Kinshasa, capitale de la RDC.

L’alerte a  été donnée par l’unité de l’armée basée à Watsikengo qui a  saisi directement le Président de la  République, son Excellence Joseph KABILA KABANGE. Le  chef de l’Etat a immédiatement instruit le gouvernement pour  envoyer une mission d’investigation et d’intervention conduite par le Ministre de la Santé Publique. Depuis le jour de l’alerte jusqu’au dernier jour de surveillance et de la recherche active des  cas, le Président Joseph KABILA a supervisé personnellement et assuré le leadership de la riposte de la malade à virus Ebola en RDC. Pour sa part, le premier Ministre son Excellence MATATA PONYO MAPON a non seulement mobilisé les moyens financiers du Gouvernement mais aussi tenu plusieurs  réunions d’orientation et d’évaluation de la  riposte.

Au niveau du Ministère de la Santé Publique, plusieurs mesures ont été prises pour  assurer une meilleure coordination de la riposte et parmi ces mesures on peut noter :

  1. La mise en place d’un comité national de coordination de la lutte basé à Kinshasa et qui s’est réuni chaque jour à 15 H au cabinet du Ministre de la Santé Publique. A la même heure et chaque jour le comité provincial de coordination basé à Mbandaka, chef lieu de la province de l’équateur s’est réuni sous la présidence du Vice-gouverneur de province et à LOKOLIA, le Comité international de coordination technique et scientifique (CICTS) réunissait  les acteurs de  terrain nationaux et internationaux. Un comité local siégeait à Boende.
  2. L’organisation des conférence-Call tous les  mardis et vendredis de 16 h 30 à 18h30 entre les équipes de Kinshasa, Mbandaka, Boende et Lokolia. Ces conférences-Call réunissaient les équipes du gouvernement ainsi que tous les partenaires impliqués dans la  riposte.
  3. La coordination

Toutes les activités de  riposte ont  été coordonnées par le gouvernement à travers le Ministère de la Santé Publique. Tous les partenaires ont  travaillé en parfaite collaboration avec le gouvernement et les moyens mobilisés ont été disponibilité sur  terrain et gérés par les différents comités en fonction des besoins présentés par les commissions. S’agissant de la  diffusion de l’information relative à l’épidémie et de la communication des données, seul le Ministre de la Santé Publique ou son Délégué était autorisé à communiquer les statistiques à la presse.

4.      Plusieurs activités ont été menées sur  terrain notamment :

  • La mise en quarantaine du secteur de  Djera
  • La mise en place d’un centre de  traitement Ebola à Lokolia, Boende et Mbandaka.
  • L’installation d’un laboratoire mobile à Lokolia pour  assurer le  diagnostic biologique en temps  réel. Le contrôle interne de qualité a  été fait par le laboratoire Canadian WINIPEG.
  • Le  déploiement des moyens logistiques importants ainsi que d’un pont aérien entre Kinshasa, Mbandaka et Boende.
  • Le déploiement sur  terrain des  experts nationaux ayant participé aux précédentes épidémies.
  • la  dotation des  ports et aéroports de l’Equateur ainsi que de tous les 88 points d’entrées de la  RDC en thermomètre laser.
  • L’interdiction des  activités de  chasse sur toute l’étendue de la province de l’équateur.
  • La  dotation de tout le personnel médical et agents d’hygiène en matériel de protection individuel.
  • La recherche  active des  cas et le suivi des contacts pendant 21 jours.
  • L’enterrement sécurisé de tous les cas confirmés positifs et tous les cas de décès en communauté ou dans les structures de santé liés ou non à Ebola.
  • La sensibilisation des communautés
  • La désinfection des domiciles de  tous les  cas confirmés et/ou décédé dans la communauté
  • La dotation en médicaments essentiels de toutes les structures de  santé et l’instauration de la gratuité des soins durant toute la période de l’épidémie.
  • La motivation du personnel et des équipes d’intervention
  • La prise en charge psycho-sociale des personnes infectées et affectées.
  • Le renforcement des capacités des prestataires locaux sur l’ensemble du  territoire de Boende.
  • La  maitrise précoce de l’épidémie est liée principalement à la triple  approche mise en œuvre par la RDC.

1)      L’approche communautaire qui consiste en l’appropriation de la lutte par les communautés de base à travers les approches « village par village » et « pas un ménage sans désinfectant ».
2)      L’approche clinique ou médicale qui passe par la  gratuité des soins dans toutes les structures et l’administration des soins de  qualité  dans les centres de traitement Ebola.
3)      Les enterrements sécurisés de tous les décès pendant la période de l’épidémie.

Ces approches étaient complétées par les psychologues cliniciens et les anthropologues qui ont assistés les commissions communication, prise en charge et surveillance. Le Ministre de la Santé Publique a assuré la coordination de la riposte.

Au 04 octobre 2014, date marquant le  dernier cas confirmé, la RDC a  enregistré 66 cas dont 28 cas probables et 38 cas confirmés positifs à Ebola souche Zaïre. Et 17 patients ont été déclarés guéris.

Au total 1121 personnes contactes ont  été suivies pendant 21 jours chacun  et 232 échantillons ont été prélevés et examinés au laboratoire dont 38 se sont révélés positifs à Ebola Zaïre.

Sur ce total de 66 cas enregistrés, on a noté 49 décès dont 28 probables et 21 confirmés. La RDC a notifié 8 décès parmi le personnel médical. Signalons que depuis le  début de la riposte la 24 aout 2014, aucun staff n’a été contaminé. Le Gouvernement présente ses condoléances à toutes les familles éprouvées.

Depuis le 04 octobre 2014, aucun nouveau cas confirmé de la maladie à virus Ebola n’a été enregistré dans le territoire de Boende, soit 42 jours de  recherche active  des cas, de surveillance intense et de sensibilisation des communautés. De ce  fait et comme l’exige le  règlement sanitaire international, le Gouvernement de la République  Démocratique du Congo déclare ce 15 novembre 2014 la fin de l’épidémie de la maladie à virus Ebola dans le  territoire de Boende, District de la Tshuapa dans la Province de l’Equateur.

Nous saisissons cette occasion pour  remercier les Pays et tous les partenaires qui nous ont apporté leur appui dans la riposte de  cette épidémie, particulièrement l’OMS, l’UNICEF, MSF, UNHAS, MONUSCO, PNUD, Croix-Rouge, CDC, PAM, Union Européenne, WINIPEG, USAID, Clinique PSY, le  Gouvernement de la Chine, le Gouvernement de la Malaisie, la John Hopkins University School’s of Medecine,…

Nos remerciements s’adressent également à toute la population de Boende, les autorités politico-administratives, Chefs coutumiers et Chefs religieux, la Société Civile, Agents de santé et tous les notables. La RDC a aussi reçu l’appui financier du Fonds Africain pour les urgences et catastrophes.

En ce moment où la RDC annonce la fin de l’épidémie, le Gouvernement de la République profite de l’occasion  pour confirmer la mise ne œuvre de la  déclaration faite par le Président Joseph KABILA KABANGE le 25 septembre 2014 sur la formation des équipes multidisciplinaires en quantité et en qualité suffisante pour la riposte face à l’épidémie de la maladie à virus Ebola. Sur 1000 personnes attendues, la RDC vient de  terminer la  formation d’un premier lot de 180 personnes prêtes à aller intervenir en Guinée, Sierra Léone, Liberia et Mali. Ces formations vont se poursuivre progressivement.

La fin de l’épidémie que j’annonce ce jour ne signifie pas que le  danger est  totalement écarté, la RDC reste comme tous les autres pays du monde, sous la menace des  cas d’importation de la maladie à virus Ebola sévissant en Afrique de l’Ouest. En plus notre écosystème nous oblige à être en permanence en alerte dans le pays.

J’invite toute la population congolaise à garder et à pratiquer toutes les mesures d’hygiène  élémentaire notamment le  lavage des mains au savon ou à la cendre. Pour le personnel médical, l’observance  des mesures universelles d’hygiène hospitalière et de contrôle de l’infection.

Il est demandé aux populations vivant à coté des forets d’éviter de toucher et de consommer les animaux trouvés morts dans la forêt.
Des activités spécifiques sont prévues en post épidémie notamment le  renforcement du système de  santé, la promotion de l’hygiène et le contrôle de l’infection, la formation des équipes de  riposte à travers toutes les provinces. Le Gouvernement a  décidé de faire du secteur de Djera un ilot de développement avec la  construction d’un centre de santé moderne, la construction d’une école, la réhabilitation de la  route, la transformation de Lokolia en un village moderne et assaini ainsi que la mise en œuvre de plusieurs projets de  développement.
Je vous  remercie.


Dr Félix KABANGE NUMBI MUKWAMPA
Ministre de la Santé Publique de la  RDC
 h